Passer au contenu principal
Archives des actualités 2015

Soutenir le cœur / LVAD comme traitement

Par 4 novembre 2015#!31mer, 16 déc. 2020 17:33:12 +0200+02:001231#31mer, 16 déc. 2020 17:33:12 +0200+02:00-5+02:003131+02:00x31 16 31 -31mer, 16 déc. 2020 17:33:12 +0200+02:005+02:003131+02:00x312020mer, 16 Déc 2020 17:33:12 +02003353312 mercredi=9#!31mer, 16 Déc 2020 17:33:12 +0200+02: 00+02:0012#décembre 16th, 2020#!31mer, 16 Dec 2020 17:33:12 +0200+02:001231#/31mer, 16 Dec 2020 17:33:12 +0200+02:00-5+02:003131+02 :00x31#!31mer, 16 Déc 2020 17:33:12 +0200+02:00+02:0012#Sans commentaires

La «thérapie de destination» a ainsi été définitivement transformée en «traitement LVAD»

Werkgroep LVAD NVVC en NVTDe nouvelles possibilités émergent dans les hôpitaux où le cœur de soutien est déjà implanté. Les personnes atteintes de certaines formes d'insuffisance cardiaque terminale, qui ne sont pas éligibles à une transplantation cardiaque, peuvent désormais également bénéficier d'un cœur de soutien. Ils devront subir un dépistage pour vérifier si cela est médicalement justifié.
Merci à tous ceux qui s'y sont engagés, en particulier les gens de la Groupe de travail LVAD.

 

Persbericht basispakket

Le communiqué de presse du LUMC est une publication bienvenue sur ce sujet, mais nécessite quelques nuances et explications:

Il y a 4 hôpitaux aux Pays-Bas où des cœurs de soutien sont implantés.
Ce sont les centres de transplantation UMC Utrecht, Erasmus MC et UMC Groningen et le LUMC, qui est le seul hôpital à ne pas être un centre de transplantation.
Le cœur de soutien n'était remboursé que pour les personnes inscrites pour une transplantation cardiaque comme «Bridge to Transplant». Pendant des années, des pressions ont été exercées pour sauver les patients atteints d'insuffisance cardiaque qui ne sont PAS éligibles à une transplantation avec le cœur de soutien.

Le ministère de la Santé, du Bien-être et des Sports a décidé cette année que le cœur de soutien sera remboursé pour toutes les personnes qui y sont éligibles, transplantables ou non, et pour l'instant uniquement dans les (tous) centres où elles sont déjà implantées. Il y a quelques années, le LUMC a commencé à appliquer cette «thérapie de destination» à ses frais et est à juste titre très heureux qu'ils soient désormais également remboursés.